le salon du p'tit tonneau Index du Forum le salon du p'tit tonneau
forum des jammers du P'tit tonneau
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Une petite histoire du Blues 02 - Albert King

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le salon du p'tit tonneau Index du Forum -> le salon du p'tit tonneau -> le salon du p'tit tonneau
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wam


Hors ligne

Inscrit le: 18 Aoû 2009
Messages: 6
Localisation: Paifve

MessagePosté le: Lun 19 Oct - 10:46 (2009)    Sujet du message: Une petite histoire du Blues 02 - Albert King Répondre en citant

Une petite histoire du Blues
  
Episode 2
   
  
Albert King
  
  

 



  



Albert King, Albert Nelson de son vrai nom, ce géant taciturne tirant sur une éternelle pipe et semblant écraser entre ses mains une guitare électrique Gibson Flying V est né le 25 avril 1923 dans une famille modeste à Indianola dans le Mississippi près d'une plantation de coton où il travaille pendant sa jeunesse avec ses douze frères et sœurs. Sa voix ample, rauque et sincère, héritée d’un père prêcheur itinérant et d’une mère chanteuse de Gospel, fait de lui un "chevalier du Blues" au physique imposant (1m90 pour 120 kg), surnommé The Velvet Bulldozer, le bulldozer de velours.  
 
Ses premières influences musicales lui viennent de son père, Will Nelson, qui joue de la guitare. Pendant son enfance, il chante également à l'église dans un groupe de gospel. Il joue de la batterie dans les tavernes rurales, apprend assez tard la guitare sous l'influence d'Elmore James et de Robert Nighthawk, et prétend bientôt être le demi-frère de B. B. King!
 
Vers 1950, poussé par la mécanisation, il quitte les champs de coton. Il part à Gary, dans l’Indiana, où il travaille dans une aciérie tout en fréquentant la très active scène locale du blues..
et pratique le blues, influencé par Elmore James et Robert Nighthawk, avec les orchestres de Jimmy Reed, John Brim et Hearl Hooker.
 
Il commence sa carrière professionnelle avec un groupe appelé In the Groove Boys à Osceola dans l'Arkansas. Suivra un passage à la batterie auprès de Jimmy Reed. Avant de trouver ce qui deviendra sa marque de fabrique: une guitare électrique, la Gibson Flying V qu'il surnommera "Lucy" (à ne pas confondre avec la guitare Lucille de B.B. King)
 
En 1953, Albert King fait des débuts discographiques peu remarqués et de facture très campagnarde chez le label Chess. C'est en s'installant à Saint Louis (Missouri) qu'il acquiert véritablement son style propre. La vie musicale de la ville est dominée par des orchestres de jazz populaire auxquels il s'intègre remarquablement. King pratique alors un style de guitare électrique simple mais fluide, plein de vibratos et d'effets de glissandos, qui se marie parfaitement avec des sections rythmiques étoffées et des riffs de cuivres. Son chant conserve la gouaille de son Delta natal mais adopte aussi l'approche moelleuse d'un Big Joe Turner.
 
Son premier succès est la chanson "I'm A Lonely Man" sortie en 1959. Il doit cependant attendre 1961 et la sortie de "Don't Throw Your Love on Me So Strong" pour devenir célèbre en atteignant la quatorzième place des classements de R&B ce qui attire l'attention du label de Memphis, Stax Records, spécialisé dans la soul sudiste, mais à la recherche d'un bluesman ouvert aux sonorités contemporaines et qui plairait à un public noir sudiste toujours friand de blues.
 
En 1966, sa carrière s’accélère donc. Il signe pour le célèbre label pour lequel il sort en 1967 son album légendaire "Born Under A Bad Sign". La chanson titre de cette album (écrite par Booker T. Jones et William Bell) devient le morceau le plus connu de Albert King en plus de devenir un standard du blues. En effet, il sera repris par de nombreux artistes (de Cream à Homer Simpson).
 
Le 1er février 1968, King est repéré par l’agent Bill Graham. Ce dernier l’invite  pour ouvrir le spectacle au Fillmore West à San Francisco en compagnie de Janis Joplin,  John Mayall et Jimi Hendrix. Albert King est le premier musicien de blues à avoir joué au Fillmore West (il deviendra un habitué des lieux et y rejouera plusieurs fois au cours de sa carrière). Albert fait jeu égal avec les 3 autres stars. Il impressionne par son jeu. Il est le maître incontesté de l’art du Bend, cet effet de liaisons entre deux notes où le guitariste tire la corde aigüe pour provoquer un effet langoureux et plaintif, ou un effet vigoureux et énergique. Ayant cassé une de ses cordes, il continuera à jouer en réajustant son jeu. Il impressionne aussi par sa stature et sa guitare de droitier tenue à l'envers pour s'adapter à son jeu de gaucher, ce qui lui permet de pousser la corde au lieu de la tirer et créer ses bends inimitables, des notes hargneuses et vibrantes, qui font passer la vibration électrique du blues.
 
C'est de là que partira la légende King. D’ailleurs, après son triomphe au Fillmore West, il est proclamé le bluesman le plus imité du monde. Grâce à cette prestation, il devient en même temps un favori du jeune public blanc américain, mais aussi britannique, influençant John Mayall ou Eric Clapton.
 
Même s'il représente le Chicago Blues, il enregistra ses meilleurs albums sur le label mythique de Memphis. Il métissa son Blues du meilleur R&B de l'époque, en s'inspirant du rock et du funk naissant (James Brown, Curtis Mayfield, The Meters, The Mar 's Keys).
 

  


En 1972, "I'll Play The Blues For You", un blues alangui, de facture très moderne, est un énorme succès.
 
Après la faillite inattendue de Stax Records, en 1974, Albert King continue à enregistrer pour d'autres labels, mais il ne retrouve plus la réussite artistique et commerciale qu'il avait connue chez Stax. Il n'en continue pas moins à se produire jusqu'à sa mort sur les scènes du monde entier, façonnant auprès d'un public nouveau et de plus en plus jeune, sa stature de géant du blues moderne.
 
Aujourd'hui, l'importance de ce guitariste atypique est réévaluée à sa juste valeur. En effet, son influence sur le blues, le rock, la soul et le funk contemporain est déterminante et de plus en plus reconnue après vingt ans d'oubli de la part du grand public : rythmes funky, suramplification, voix lente, posée, même son style si particulier est copié par de nombreux jeunes bluesmen et rockeurs d'hier à aujourd'hui. En France, il a influencé de nombreux chanteurs, des musiciens comme Paul Personne (guitariste), Jean-Jacques Milteau ou Bill Deraime. Parmi les musiciens anglophones qu'il a influencés, on peut citer parmi les plus connus Steven Crooper, Keith Richards, Ron Wood, Jimi Hendrix, Eric Clapton, Jeff Beck, Mike Bloomfield, Gary Moore, Buddy Guy, Johnny Copeland, Johnny Winter, Robert Cray, Angus Young. Tous rendent ou lui ont rendu un hommage de son vivant, ou de manière posthume. De nombreuses critiques musicales retrouvent de ci et de là quelques notes, un bend, un refrain, un arrangement qui rappelle son style, sans forcément le copier. Mais de tous ses nombreux héritiers, le légendaire Stevie Ray Vaughan a sans doute été le guitariste le plus fortement influencé par Albert King comme on peut l'entendre sur ses blues lents ou rapides, et les nombreux hommages qu'il a pu rendre à son aîné.
 
Albert King avait lui-même invité le fameux guitariste irlandais Rory Gallagher, gloire nationale, à venir jouer avec lui, pour la plus grande fierté du bluesmen irlandais[1] ; Stevie Ray Vaughan a par ailleurs fait paraître un CD qu'il avait enregistré avec Albert King : l'excellent "In session -1989-" où l'on peut entendre l'évidente complicité et l'entente remarquable entre les deux hommes, quelques années avant leurs morts.
 
Moins connu que BB King, John Lee Hooker ou Muddy Waters, Albert King reste donc comme l'un des plus grands bluesmen du XXe siècle. Il a profondément influencé la musique contemporaine, beaucoup de chanteurs et musiciens, amateurs ou professionnels, de célèbres guitaristes ou restés inconnus, ont été inspirés consciemment ou non par une œuvre encore largement méconnue du grand public.
 
Mike Bloomfield dira de lui «il était capable, avec seulement quatre notes, d’écrire un livre».
 
Il décède le 21 décembre 1992 d'un arrêt cardiaque à Memphis dans le Tennessee. Enterré au Paradise Gardens Cemetery d'Edmondson dans l'Arkansas, son étoile brille encore sur le "Walk of Fame" de St. Louis.


  

  

  
J'espère que ça vous a plu...

A bientôt pour une autre histoire...  
  

_________________
L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !


Dernière édition par Wam le Dim 25 Oct - 10:41 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 19 Oct - 10:46 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pat07


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2007
Messages: 105
Localisation: Temploux

MessagePosté le: Mar 20 Oct - 14:34 (2009)    Sujet du message: Une petite histoire du Blues 02 - Albert King Répondre en citant

sûr que c'est plaisant
on pourrait appeler ça "Les belles histoires de l'Oncle Wam"

dis Tonton, tu nous racontes une histoire de pianisss' blues?


_________________
If you follow the rules, you miss all the fun !


Revenir en haut
Wam


Hors ligne

Inscrit le: 18 Aoû 2009
Messages: 6
Localisation: Paifve

MessagePosté le: Mer 21 Oct - 18:24 (2009)    Sujet du message: Une petite histoire du Blues 02 - Albert King Répondre en citant

Ok, je prends mes renseignements pour une histoire de pianiss' Smile

James Booker par exemple...

C'est parti pour l'épisode 3

EDIT: Voilà, c'est prêt... Un peu de fignolage et ça devrait être en ligne la semaine prochaine, voire dimanche soir Smile
_________________
L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:11 (2017)    Sujet du message: Une petite histoire du Blues 02 - Albert King

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le salon du p'tit tonneau Index du Forum -> le salon du p'tit tonneau -> le salon du p'tit tonneau Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.